VIE MUNICIPALE ET CITOYENNE
 - Démocratie locale
Tribune libre - Février 2019

MAJORITÉ MUNICIPALE

 

Retour sur les vœux du Maire :

Commune et Métro, quelle coexistence ?

 

Les vœux du Maire aux entreprises et aux associations ont été l’occasion d’un moment convivial à la Locomotive.

 

Plus de 700 petites entreprises, artisans, commerçants, professions libérales ainsi que 150 associations culturelles ou sportives qui tissent des liens économiques ou sociaux indispensables à la vie communale, a rappelé le Maire.

 

Le Président de la Métro Christophe FERRARI avait fait le déplacement de même que le député de la circonscription Jean-Charles COLAS-ROY, le conseiller départemental Gilles STRAPPAZZON ainsi que les maires des communes environnantes.

 

Jean-Claude BIZEC évoqua les difficultés des maires qui doivent faire face à une diminution des dotations qui les contraint à faire des économies drastiques et limite leur marge de manœuvre.

 

L’Etat qui veut réduire ses dépenses ne peut continuer à donner autant d’argent qu’auparavant et les communes doivent désormais se montrer prudentes dans la gestion de leur budget.

 

Notons toutefois qu’avec 35.000 communes la France a quasiment le même nombre que tous les autres pays européens…

 

Il serait temps que les pouvoirs publics se penchent sérieusement sur cette question non seulement en incitant les communes à se regrouper mais surtout en l’imposant, comme cela a été fait chez la plupart de nos voisins où l’on a parfois divisé leur nombre par 3 ou 4 !

 

Il est évident qu’en mutualisant certains services et en réduisant le nombre de communes on arriverait à de meilleurs résultats en termes de rendement et de coût comme d’efficacité.

 

La multiplication des strates - communes - communautés de communes - métropoles - départements - régions - crée aussi des doublons et ne va pas dans le sens d’une logique de gestion et d’une économie des deniers publics.

 

Enfin Monsieur FERRARI rappelait le caractère récent de cette institution métropolitaine qui regroupe 49 communes très variées, de 80 à 160.000 habitants, ce qui n’est pas sans créer des difficultés.

 

Il insistait aussi sur les avantages que sont la solidarité inter-communale et la mise en œuvre de moyens considérables permettant la réalisation de travaux qui n’étaient pas envisageables auparavant.

 

C’est ainsi que VIZILLE, désormais considérée comme deuxième pôle de centralité, peut espérer d’importantes transformations grâce à la Métro, et entrevoir un bel ave­nir.

 

Jean Faure, président du groupe
EN AVANT VIZILLE

Majorité municipale

MINORITÉ MUNICIPALE

 

2019 année en jaune ?

 

 

Depuis le mois de novembre, une contestation de forme inédite, efficace, visible de tous sauf de nos dirigeants bouleverse notre quotidien. Des citoyens souvent indifférents aux discours politiques, souvent abstentionnistes voire non inscrits sur les listes électorales se dressent et clament leur existence – en se drapant dans un gilet jaune, symbole de danger et de nécessaire protection. En occupant des ronds points, lieux de passage et de rencontres les « gilets jaunes » montrent clairement qu’une partie de nos concitoyens est maltraitée et se sent oubliée voire exclue de notre société.

 

Certes des débordements, des actes de violence condamnables largement relayés par les chaînes TV et utilisés par le pouvoir en place ont lieu. Mais ces excès ne doivent pas masquer la détermination, l’énergie, le dynamisme des personnes qui occupent des ronds points ou manifestent dans les centre villes depuis maintenant 3 mois.

 

Notre société semblait s’accommoder depuis des années du nombre croissant de CDD, de temps partiels imposés, de difficultés à se loger, à se chauffer, à se déplacer, du gel des salaires et des retraites, de l’augmentation du nombre de travailleurs pauvres parmi lesquelles on retrouve des femmes seules, des personnes avec un handicap ou encore des personnes âgées.

 

La principale revendication du mouvement est une amélioration du niveau de vie avec des demandes sur le pouvoir d’achat, la baisse de la fiscalité, le rétablissement de l’ISF et plus généralement une meilleure répartition des richesses. Nous partageons bien évidemment toutes ces revendications.

 

Les réponses du gouvernement sont nettement insuffisantes et l’attitude méprisante et souvent décalée, insistant plutôt sur le maintien de l’ordre que sur la prise en compte de la désespérance d’un certain nombre de manifestants.

 

Il est question d’organiser un grand débat, des tables rondes … mais avec qui ? dans quelles salles ? dans toutes les villes ?  quel avenir pour les comptes rendus de ces assemblées …..? Lors du Conseil municipal de décembre, les élus PAV ont demandé au maire de mettre une salle à disposition des gilets jaunes du rond point Muzet. Des raisons de sécurité et d’assurance compliquent et empêchent cette éventualité …

 

La communication se fait maintenant sur les réseaux sociaux ou sur les ronds points où les échanges sont souvent riches et la notion de démocratie est maintenant au cœur des débats.

 

Le mode de représentation est remis en cause. Des demandes de prise en compte du vote blanc aux élections, de la mise en place d’un référendum d’initiative populaire RIC, de l’obligation pour les élus de présenter régulièrement un bilan de leurs actions.

 

Le gouvernement semble dépassé par le mouvement des gilets jaunes et propose puis retire des mesures montrant un manque de connaissance inquiétant de la situation quotidienne de beaucoup de français. Il s’agit toutefois de s’interroger sur les conséquences de ces réponses souvent immédiates, mal adaptées. L’Etat cède finalement devant un nombre réduit de manifestants alors que des manifestations massives organisées par des syndicats ou partis politiques restent sans réponse. L’Etat est et doit rester le garant de la liberté, de l’égalité et de la sécurité de tous en respectant notamment les valeurs républicaines et les représentants des corps constitués.

 

Des cahiers de doléances sont à disposition dans toutes les mairies. Allons les remplir en nombre. A Vizille, en 1788, ces cahiers ont eu de vraies conséquences…on peut espérer qu’en 2019 notre démocratie saura valoriser l’élan populaire qui se manifeste depuis plusieurs semaines.

 

Que cette nouvelle année vous permette de réaliser vos projets personnels, professionnels.

 


Les élus du Groupe PAV Verts :
Evelyne Specia, Bernard Faure,
Gisèle Le Roux,
Patrick Gutierrez,
Ali Mendess, Daniel François. 

Minorité municipale